The Division 2

11 avril 2021 - NEW GAME

Plaisir coupable? Non, après tout, c'est une expression qui suppose qu'une activité que l'on choisit est une faute qui n'est pas du goût de tout le monde, une honte anti-conformiste à cacher, c'est ridicule. Donc oui j'ai lancé The Division 2, après avoir parcouru quelques heures le premier épisode. Et très sincèrement, ce jeu est de très bonne qualité.

Techniquement, je n'ai rien à lui reprocher pour le moment, tout roule, les menus sont clairs et très bien agencés, la map est exemplaire et la localisation Fr est réussie. Vous allez créer votre agent de la Division et parcourir un Washington post-pandémique en enchaînant des missions pour protéger les braves citoyens américains menacés par des hordes d'humains sans scrupules, profitant du chaos pour retomber en plein Far West. Donc oui du post-apocalyptique frais, pas aussi avancé dans sa chronologie qu'un Mad Max, juste après la catastrophe qui a décimé une partie de l'humanité. Et finalement pas si pro-américain puisque l'escalade de violence post-virale n'aurait pas eu lieu si les citoyens apeurés ne s'étaient pas tournés vers les armes qu'ils stockaient chez eux (dixit le scénario).

En prenant un peu de recul, nous avons une mécanique proche d'un RPG fantasy, avec une progression, un inventaire, des modifications d'équipement, des quêtes, du loot, sauf qu'on traverse un environnement urbain entre les quêtes, que les villages sont des refuges et les donjons des buildings. En tout cas, après 2h de jeu, je me vois bien aller au bout de la campagne avant de lancer l'extension à New York et peut-être un peu de multi si mon stuff me donne des idées de coop et conquête. Dans ce contexte de crise sanitaire, ce jeu prend une saveur toute particulière et un tout petit peu inquiétante, si la vision de Tom Clancy s'avère juste...

Temps de jeu
37h