Yakuza : Like a Dragon

29 juin 2021 - REPRISE

Et oui, j'avais abandonné Yakuza Like a Dragon. Je n'avais pas réussi fin 2020 à entrer de plein pied dans l'aventure d'Ichiban. J'avais joué environ 9h, j'avais atteint le chapitre 4 mais non, je n'avais pas réussi à me lier à cet univers. Et pourtant je sens bien, une nouvelle fois, que je manque quelque chose. Il faut parfois aller à l'encontre de son propre ressenti pour découvrir qu'au final on se sent bien dans un jeu. Alors maintenant que la version next-gen est disponible, j'ai repris sur PS5 cette aventure de yakuza, ce spin-off tant félicité par la critique et les fans. Mais peut-être est-ce là la question : faut-il être fan de la série Yakuza pour apprécier à juste titre cet épisode? Je me laisse une seconde chance de rentrer en empathie avec les personnages et leurs histoires toutes plus barrées les unes que les autres, ces personnages si iconoclastes et originaux. Nous verrons bien s'il devient mon jeu de l'été...

16 décembre 2020 - NEW GAME

Au moment de fêter la fin d'année, c'est toujours délicat de résister aux offres promotionnelles et je n'ai pu résister à l'envie de rencontrer Ichiban, ce héros de Yakuza : Like a Dragon tant apprécié des joueurs depuis la sortie du jeu le 10 novembre dernier. Après 3h de jeu, je reste de nouveau perplexe face à un Yakuza. Je m'explique. Le jeu propose une histoire très solide basée sur de longs dialogues riches et drôles. Lors de vos déplacements dans la ville (au début Kamurocho, quartier fictif de Tokyo), vous avez accès à plusieurs sites de jeux annexes (Club Sega,...) ou d'activités secondaires (Restaurants,...) et il est fort probable que vous rencontriez des adversaires sur votre route, ce qui déclenche une phase de combat, ici au tour par tour façon Persona ou Final Fantasy d'antan (le personnage étant d'ailleurs fan d'un certain Dragon Quest). J'attendais avec impatience ces combats dits tactiques et dynamiques seulement voilà, en 3h de jeu, j'ai dû être actif sur le jeu une petite heure contre 2 bonnes heures de dialogues. Ils sont certes très réussis et les modélisations de personnages sont vraiment au niveau. Mais alors, que c'est long... Je n'ai rien contre la narration et, je le répète, elle est totalement maîtrisée. Mais après 3h, je suis toujours seul, sans partenaire, pour combattre de petits punks sans défense, avec une simple compétence d'attaque et, pour le moment, aucune personnalisation à appliquer. Malgré cela, je vais reprendre et pousser plus loin, sachant pertinemment que le jeu gagnera en densité mais je souhaitais simplement témoigner à propos du début du jeu, cela m'a paru vraiment longuet. Je suis au coeur du chapitre 2 et j'espère sincèrement que le décollage est pour bientôt. Je ne suis pas d'un naturel pressé habituellement mais là, plusieurs fois, je me suis entendu dire : "Bon, allez, on y va maintenant". Et c'est dommageable à mon affinité pour le jeu aujourd'hui. A suivre...

9 décembre 2020 - WISHLIST

Yakuza c'est une histoire étrange dans ma ludothèque. J'ai toujours voulu y jouer sans jamais parvenir à y entrer pleinement. Oui, je l'avoue, j'ai lancé Yakuza 6 (j'avais même tenté de résumer avec papier et crayon les 5 précédents grâce aux documents et archives présents dans le jeu, plusieurs pages griffonnées...) et après une très longue introduction en japonais sous-titré anglais et quelques heures de jeu, j'ai lâchement abandonné. Allez, à d'autres, vous avez déjà abandonné des jeux aussi, nous l'avons tous fait. Et nous ressentons ce sentiment de culpabilité envers l'oeuvre. J'aurais dû persévérer, tout çà...

Après l'essai loupé du 6, j'ai tenté Judgment, très attirant, japonais sous-titré français (mine de rien, çà aide dans un jeu très loquace, même avec un petit niveau d'anglais, on se peut se perdre), avec une intrigue policière bien foutue, des personnages attachants et une belle alchimie entre sérieux et loufoque. Et puis, j'ai décroché aussi, honte à moi (rien ne dit qu'il ne resurgira pas de sa tanière le Yagami).

Puis vint la hype autour du dernier titre en date, Yakuza : Like a Dragon. Je ne m'y suis pas trop attardé, pensant, à tort, que c'était de nouveau le même principe, une histoire touffue de yakuza, des déambulations citadines en plein Tokyo, agrémentées de maraves à coups de parcmètre et autres bicyclettes garées au mauvais endroit, au mauvais moment. Et bien, pas loin, mais grosse nouveauté très attirante, les combats se déroulent désormais au tour par tour! Avec des aptitudes plus hallucinantes ls unes que les autres (je vous laisse apprécier en vidéo ci-dessous), le jeu m'a l'air de proposer un divertissement comme on les aime sur consoles, un régal, à la fois par ses combats tactiques, son histoire maîtrisée et sa gestion RPG d'inventaire et compétences (miam). Une version PS5 a été confirmée il y a peu par le studio pour le 2 mars 2021, je patienterai donc (j'ai tant à jouer d'ici là) mais très clairement, il fera partie de ma ludothèque (il est dispo sur tous les autres supports depuis le 10 novembre 2020).

Date de sortie
Temps de jeu
14h