PS3

Test : Singularity

Pour un jeu qui peut se trouver à moins d'une dizaine d'euros au fond d'un bac de jeux d'occasion, si vous aimez les FPS, la science-fiction, les soviétiques et surtout manipuler le temps, alors Singularity est fait pour vous. En pardonnant certaines facilités dans le scénario et quelques idées dérobées à d'autres jeux, vous allez passer un bon moment avec le capitaine Renko sur l'archipel de Katorga et vous ne verrez plus jamais les "tiques" du même oeil...

Bon jeu!

New game : Singularity

Bienvenue à Katorga-12. La seconde guerre mondiale a laissé un goût amer dans la bouche des soviétiques. Le grand vainqueur est l'ennemi juré, l'oncle Sam. Alors comment contrer l'oppresseur américain, détenteur de la bombe atomique anti-sushi? En raffinant et étudiant un nouvel élément découvert sur un archipel à l'est de la Russie : l'E-99. Alors évidemment, ils vont se prendre les pieds dans le tapis, les savants russes, et la découverte va se transformer en cauchemar. Malgré ce scénario assez convenu, on est très vite happé dans cette histoire de foirade scientifique.

Test : Saints Row Third

Après une douzaine d'heures, je me suis complètement lassé de l'univers de Saints Row 3. Je suis vraiment déçu, je pensais partir en délire dans une ambiance déjantée et au final, je me retrouve avec des missions courtes, mal scénarisées et répétitives qui ne débouchent que sur de nouvelles missions annexes, toutes plus ou moins inutiles... C'est vraiment dommage, le jeu a un potentiel "poilade" indéniable mais on ne peut pas tout baser sur çà, un minimum de profondeur aurait apporté au jeu la touche supplémentaire pour scotcher le joueur.

New game : Saints Row Third

Voilà à nouveau un jeu sur lequel j'ai longtemps hésité. Voilà à nouveau un jeu qui a hérité d'une mauvaise campagne de communication, relayée principalement par de jeunes joueurs pré-pubères, toujours capables de fantasmer sur des pixels, comme les trentenaires l'ont fait à l'époque sur Lara Croft. Car oui, si on décide de ne voir que çà, Saints Row Third est vulgaire, violent et totalement stupide.

New game : Tales of Xilia

Cela faisait un petit moment que je n'avais pas acheté un jeu "Day One"! Et même Day-1 One puisqu'il est censé sortir demain... J'ai jeté mon dévolu sur un nouveau JRPG (jeu de rôle nippon) de la série Tales of... Après avoir été enchanté par Tales of Graces f, fin 2012-début 2013, rebelote, le jeu de rôle manga revient sur ma PS3 avec Tales of Xillia et dès les premières minutes, les repères sont présents.

Test : The Last of Us

Après 20h de jeu, le générique de fin défile devant mes yeux. The Last of Us est fini. Comment l'évoquer sans trop en dire? Difficile. Nous sommes tellement arrivés à un point d'excellence qu'il est dur de lui trouver le moindre point négatif. Peut-être simplement qu'il est terminé et que je n'aurais plus de surprise à présent dans le scénario. Bien faible pour un point faible... Alors, recensons rapidement les points forts : les personnages, tout d'abord, Joël et Elie, absolument extraordinaires d'humanité, de justesse et qui provoquent une empathie incontrôlable.

The Last of Us

Il est impossible de définir le plaisir de jeu de The Last of Us. C'est un jeu vidéo qui se ressent, qui se vit, qui s'insinue dans votre esprit, qui vous gave de sensations... Je n'avais pas ressenti ces émotions face à un jeu depuis des années. L'évolution de la relation entre Joël et Elie devrait donner des idées aux scénaristes du cinéma et de la télévision. Comment ne pas s'attacher à eux, à leur calvaire. Car nous avons bien là un véritable jeu de survie. Si j'osais le dire, je crois que Resident Evil est dépassé.

New game : The Last of Us

Ah, enfin la pépite de l'année dans mes petites mains fébriles et moites. The Last of Us est le dernier bébé de Naughty Dog, créateur de la série Uncharted. Un jeu à la troisième personne qui semble mettre la narration en avant et jouer avec les nerfs du pauvre gamer, encastré dans son canapé. Un remplaçant pour le mythique Resident Evil? Nous verrons cela au verdict. Dès les premières minutes de jeu, claque monumentale. Graphiquement, nous nous rapprochons d'un film d'animation.

Ni No Kuni : La Vengeance de la Sorcière Céleste

55h de jeu! Et j'en suis à peu près à la moitié, d'après la Stèle du Savoir, tout droit sortie de Rapanui (île de Pâques! c'est de saison), qui plombe mon sac à dos. A ce stade de Ni No Kuni, aucune lassitude tant le leveling des familiers occupe agréablement le jeu au fil d'un scénario qui s'étoffe à chaque nouvelle cinématique. Si l'alchimie paraît non optimisée au départ, elle se bonifie avec le temps comme un bon vin, dès lors que les recettes engraissent votre carnet de cuisine magique.