Xbox One

Assassin's Creed : Odyssey

Avec l'annonce du prochain épisode chez les Normands, difficile de ne pas replonger dans l'épisode Odyssey, que j'avais laissé de côté après 40h de jeu. La jolie Cassandra m'avait séduit mais l'avalanche d'activités avait fini par me lasser, à moins qu'un autre jeu soit venu perturber mes aventures en Grèce, j'avoue je ne sais plus très bien. En tout cas, je l'ai relancé quelques minutes aujourd'hui et le charme opère illico, surtout qu'à présent, je peux jouer en HDR, ce qui n'était pas le cas lors de ma dernière session en janvier 19.

New game : Doom Eternal

Nouvelle acquisition, Doom Eternal. On ne présente plus Doom et pourtant il arrive encore à surprendre et à évoluer. Rassurez-vous, c'est démoniaque, c'est gore, c'est coloré, particulièrement dans les teintes rouges. Le jeu ne cherche pas à plaire à tout le monde, il épouse pleinement sa nature, c'est du brutal, çà pique les yeux et çà crispe les mains sur la manette mais bon dieu que c'est jouissif. On en aurait presque honte de savourer autant savater ces pauvres démons tout sautillant qui ne savent pas encore qu'ils sont déjà morts.

Test : Sherlock Holmes : Crimes and Punishments

Ah, Sherlock Holmes... Te voici de plus en plus populaire depuis qu'un certain Benedict Cumberbatch a endossé ton rôle dans une série parfaite. Il était donc logique qu'un jour ou l'autre tu finisses dans ma console. C'est typiquement le genre de jeu que j'ai eu en main plusieurs fois en magasin, hésitant à craquer, ne sachant pas trop où je mettais les pieds. Et, ô joie, Sherlock Holmes : Crimes and Punishments s'est retrouvé gratuit pour les abonnés Xbox Live Gold. Du coup, je me suis lancé.

Test : Quantum Break

Quand Microsoft a une bonne idée, il est bon de le dire. Quantum Break est un mix entre un jeu vidéo et une série, certes un peu moyenne parfois mais qui a le mérite d'être construite et d'une durée non négligeable. En effet, le jeu est divisé en 5 actes durant lesquels vous jouez le rôle de Jack Joyce au cours d'une aventure SF basée sur une expérience temporelle qui tourne mal. Entre chaque acte du jeu, vous devrez choisir une voie parmi les 2 proposées (une jonction) et cela déclenchera un épisode de la série, pour une durée d'environ 10-15 minutes.

Project Cars

Après une vingtaine d'heures et plus de 80 courses, un point sur Project Cars, le jeu de compétition automobile du moment. Il me rappelle de plus en plus TOCA Race Driver, pour ceux qui s'en souviennent. Et bien, le jeu n'est finalement pas irréprochable. En effet, même si la conduite est grisante, réaliste et exigente, c'est dans son aspect interface et communauté que le jeu me semble encore perfectible.

Test : Project Cars

Après The Crew et Forza Horizon 2, je pouvais difficilement passer à côté de Project CARS, sorti le 7 mai dernier. Ce jeu de course automobile bouscule la hiérarchie et s'impose dès la première session comme le nouveau leader dans le domaine des simulations de course. On peut donc remercier les 80 000 joueurs-testeurs qui ont aidé au développement de ce jeu pour aboutir à la quasi-perfection. Tout ce que nous souhaitions dans un jeu de course se trouve dans Project CARS (Community Assisted Racing Simulator).

Test : Dying Light

Dying Light est un FPS situé dans la ville d'Harran, mystérieusement victime d'une horde de zombies asthmatiques... Et ne tournons pas autour du pot, c'est un jeu que vous devez posséder en ce moment. J'ai bien du mal à lui trouver des défauts, tellement j'ai apprécié les 50h pour boucler l'histoire (il doit me rester 4 ou 5 quêtes annexes, les foutues lavandes, les algues, bref les moins intéressantes). Et je n'ai même pas encore profité du multijoueur ou du mode "Jouer le zombie" qui réservent sans doute de très bons moments.

New game : Dying Light

Après une mise en situation rapide, la première impression manette en main dans Dying Light est très, très bonne. Le graphisme est détaillé, les textures soignées et l'animation fluide. Très vite, vous aurez envie de tout explorer! Bien évidemment, ceux qui ont joué à Dead Island retrouveront des références à ce précédent titre, jalon du genre rpg open-world zombie. L'artisanat est similaire (création d'armes à partir de scotch et déo!) et l'inventaire familier.

Test : The Evil Within

Amateurs de survival-horror, une nouvelle licence est née. The Evil Within est un très bon jeu où il faut avoir les tripes solides par moment mais où le plaisir de jeu est bien présent. Si vous n'êtes pas trop regardant sur l'animation et qu'un certain côté old-school vous plaît, ce jeu mérite votre attention. C'est évident que la référence Resident Evil transpire à chaque niveau (même auteur oblige) mais la déception fut telle sur les 2 derniers épisodes de RE que ce retour aux sources du genre est un régal.