Godfall

Un beau spécimen de loot.

La fameuse loot dorée.

Les Plus

  • Graphisme sublime
  • Visuel soigné des armes et armures
  • Repos du bulbe
  • Gameplay nerveux

Les Moins

  • Scénario long comme une blague Carambar
  • Missions paresseuses et répétitives
  • Vite ennuyeux si on n'adhère pas au concept looter/slasher
69

15 février 2021 - TEST

Je ne sais pas trop comment débuter cet avis sur Godfall. Il n’est pas possible d’être entièrement catégorique et de dire j’ai aimé ou je n’ai pas aimé. De façon très étrange, le jeu arrive à nous divertir malgré un contenu et un principe de jeu très léger voire étriqué. On enchaîne les sessions de chasse pour arriver au bout de la pseudo-histoire sans vraiment s’en rendre compte, en rechignant un peu à chaque lancement mais en appréciant le gameplay et l’environnement durant la mission. Car tout est là pour ce jeu techniquement irréprochable. On en prend plein les rétines, on loote à chaque instant, on débloque du trophée, de l’équipement, des ressources pour fabriquer les sublimes Valorplates et cette association nous pousse à continuer, même si l’ennui pointe son nez. Ce jeu est un paradoxe permanent dans ma tête. Je n’arrive ni à l’aimer, ni à le détester. Il a réussi l’incroyable, je ne ressens plus rien face à Godfall. Alors, n’allez pas vous méprendre, çà se joue très bien, vraiment très bien mais voilà, après plus de 25h, on se dit qu’on a fait le tour et très clairement, je l’aurais oublié dans un mois. Cependant, si on me mettait la manette dans la main, à cet instant, en me lançant une Tour des Epreuves ou une Pierrêve (le endgame, en somme) et bien je ne dirais pas non et je ferai ma petite heure de farm et de loot dans cet environnement plaqué or flamboyant, à grands coups d’armes géantes dont le visuel me charme à chaque nouvelle acquisition, le tout baigné dans une musique angélique quasi divine (celle du Sanctuaire qui regroupe les Valorplates me trotte délicieusment dans la tête). Pour conclure, Godfall est un sublime divertissement qui ne vous fait aucun noeud au cerveau et qui nécessite une adhésion totale au gameplay pour ne pas s’y ennuyer progressivement.

05 janvier 2021 - NEW GAME

Le jeu Godfall n’a pas très bonne presse globalement, aussi bien chez les journalistes que chez les joueurs. Le constat est plutôt mitigé et les notes ne sont pas aussi brillantes que le jeu qui irradie carrément, tant il joue sur les effets de lumière et aurait dû s’appeler Goldfall. On y joue mais on s’y ennuie vite apparemment. Le jeu ne propose « que » des maps à nettoyer, des coffres à looter, des personnages à améliorer, une collection d’armes et armures finement ciselées et des menus grandioses, clairs et limpides. Le tout profitant d’une direction artistique léchée, soignée, clinquante et auréolée de lumière divine. N’en jetez plus, c’est amplement suffisant pour divertir, non?

Et en effet, ma première session de 3h m’a beaucoup plu. C’est un sublime couloir où les combats percutants s’enchaînent et vous gratifient de nombreuses ouvertures de coffres remplis de ressources. La base. En une session, j’ai déjà récolté une bonne vingtaine d’armes différentes avec une bonne dizaine de skins différents et quels skins, je suis absolument fan du visuel des armes et armures du jeu. Elles rappellent tellement les armures des Chevaliers d’Or du Sanctuaire... La madeleine de Dorothée quoi.

Après plus de 100h dans les allées sombres et délicieusement déprimantes de Demon’s Souls, ce bain de lumière est le bienvenu, il faut l’admettre. Surtout que le level design basique est ici très relaxant, comparé au labyrinthe de Boletaria, où chaque pas nécessite une dose neuronale. Quant à l’ambiance sonore, elle me semble plutôt réussie pour le moment, très convenue mais épique à souhait, avec une mention spéciale pour le doublage d’Orin, héros du jeu, qui n’est pas sans rappeler Liam Neeson (Qui-Gon Jin) ou même Aslan, le lion de Narnia. Une vois grave, posée et royale, tout à fait ancrée dans l’ambiance globale du jeu. Pour conclure mes premiers pas, j’ai eu droit à la présentation des lieutenants de l’antagoniste principal, Macros et le tour était joué. Je vais bien me plaire dans Godfall.

27 novembre 2020 - WISHLIST

Plus j'en vois des images capturées sur PS5, plus le jeu me chauffe. A priori nous avons affaire à un RPG hack'n'slash jouable en solo ou en coopératif en ligne. L'aventure principale semble durer environ une quinzaine d'heures (toujours hypothétique car cela dépend tellement de l'affinité avec le jeu) et s'ouvre ensuite sur un end game qui prolonge sans doute l'expérience de jeu, à condition d'être devenu accroc. Et de trouver des collègues efficaces. En tout cas, visuellement, quel boulot. Impressionnant en partage alors en vrai de vrai, assis devant un écran 4K, çà doit envoyer du poney bien dodu.

Date de sortie
Temps de jeu
26h