21 juin 2015 - 10:34

The Witcher 3 : Wild Hunt (PS4), Sherlock chez les pestiférés

Je ne changerai pas d'avis sur le visuel du jeu ou sur la latence dans le combat. Les menus restent difficiles à appréhender mais il faut croire que cela fait partie de la difficulté du jeu... Cependant, il faut reconnaître que les p'tits gars de chez CD Projekt Red sont d'excellents conteurs.

Lors de la quête principale du Baron Sanglant (suivi par la quête Affaires de familles), j'ai ressenti pour la première fois un réel plaisir à suivre les enquêtes du Loup Blanc. L'histoire est complexe, riche et surprenante. Au moment où vous pensez atteindre le dénouement, un événement ou une discussion vient prolonger la quête, de plus en plus sombre et captivante. Vous vous souviendrez longtemps du "couvin"... Le secret de The Witcher 3 se cache donc bel et bien dans son scénario.

Ainsi, si vous voulez apprécier d'emblée le jeu, sans vous attarder comme je l'ai fait sur les graphismes, l'animation, les inventaires et le système de combat plombé, plongez directement dans les quêtes, évitez de perdre trop de temps sur l'artisanat et le jeu aura une toute autre saveur. Au fil des longs dialogues qui se dégustent comme un bon épisode de série TV, ma réconciliation avec le jeu est en cours. Bon jeu!

Vous aimerez aussi

The Witcher 3 : Wild Hunt (PS4)
Premières impressions : Dying Light (X1)