25 oct 2014 - 12:49

The Evil Within (Xbox One) : le cerveau, ce délicieux plateau de jeu...

The Evil Within continue de m'enchanter. Je viens de clore le chapitre 9 (14h de jeu), qui est sans aucun doute le meilleur pour le moment. Toute l'action se situe dans un manoir, bien évidemment hanté par les souvenirs d'un personnage majeur de l'histoire, histoire aussi méandreuse que les circonvolutions d'un cerveau malade. Un régal de level design avec quelques petites énigmes, pas bien compliquées mais qui rappellent tant de bonnes heures de jeu. C'est là où réside la grande force de The Evil Within : il ne réinvente pas le type survival horror, il s'approprie les recettes des précédents (Resident Evil et Silent Hill, bien sûr) et nous les sert tels des mets délicats à la table d'Hannibal Lecter... Si vous aimez sursauter, si la cervelle de veau est votre hors-d'oeuvre favori, si le rouge ne vous fait pas fuir ou si un bon gros carreau fiché dans la tête d'un mort-vivant vous séduit, alors ce jeu est fait pour vous. Le verdict sent le podium de l'année.

Bon jeu!

Vous aimerez aussi

The Evil Within (Xbox One)
Silent Hill Downpour
Dead Rising 2 title