27 sep 2014 - 18:02

Destiny (Xbox One) : l'ascenseur émotionnel

Destiny reste un jeu à part. J'ai rarement ressenti ce type d'émotions avec un jeu vidéo. Je passe de l'excitation à la déception, en passant par la résignation et l'ennui puis de nouveau par l'envie et l'addiction même. Vite, sautons dans la DeLorean et revivons les 30 premières heures de jeu ensemble.

Phase 1 : Excitation! Découverte du jeu, décrochage de mâchoire devant la direction artistique. Gameplay intuitif, prise en main immédiate, véhicule "Passereau" (une traduction digne de Wow) savoureux mélange de véhicule Stormtrooper et de Pod Racer. Donc prometteur. Tout çà durant environ 3h.

Phase 2 : Déception... La leeeeente progression du joueur parmi des niveaux certes magnifiques mais sans réelle mission (notre compagnon Spectre doit ouvrir une porte ou hacker un ordinateur et on le protège durant l'opération... ce type de "scénario" se répète environ 26 fois...). Du niveau 1 au niveau 10, il faut bien admettre que le joueur galère proprement. Des loots trop rares, des achats impossibles. Le tout en découvrant la supercherie de Destiny qui est un très bon FPS agrémenté d'options multijoueurs mais certainement pas le MMO attendu. Tout çà durant environ 8h, en prenant le temps de finir chaque mission Terre et Lune.

Phase 3 : Rebond! A partir du niveau 10-12, les choses prennent enfin forme, une fois arrivés sur Vénus, très jolie planète, avec la découverte des Vex, sorte de robot à cervelle organique réliée à celle du vex voisin. Plusieurs robots, une seule conscience... çà ne vous rappelle rien? Ah si, les Geths de Mass Effect. Bon, ben, certains sont doués pour les scénarios et d'autres s'inspirent, ce n'est pas nouveau. Arrivent aussi les premiers assauts, sorte de donjons à 3, sans avoir à balancer du "lfg" sur les canaux de discussion (qui n'existent pas donc de toute façon, c'est réglé), puisque la recherche de compagnons de poutrage d'aliens est automatique et fiable. Une belle initiative dans le FPS Destiny, il faut l'admettre mais trop court et stéréotypé. 3 boss en général par assaut et rien entre chaque. Mais combats intenses et parfois difficiles. La vidéo vous montre un échantillon de gameplay durant l'assaut sur la Lune, "Le Repaire des Diables", vous aurez une idée de l'apparence de ces "donjons". Tout çà en 6-8h

Phase 4 : Résignation... Arrivé vers le niveau 15-16 sur Mars qui semblait prometteuse (je m'attendais presque à croiser Curiosity), nouvelle déception tant le contenu est pauvre sur cette planète et tant la fin de l'histoire est tout simplement bâclée. Mais, comme Bungie nous le répète 3 ou 4 fois dans la mini-cinématique de fin, ce n'est que le début, ce n'est pas la fin, ne vous inquiétez pas, vous allez encore jouer avec nous, allez s'il vous plaît, restez. La fin sur Mars s'étale sur 5-6h.

Phase 5 : Curiosité. Mais alors qu'est-ce qui permet à Bungie d'être si fier de sa création? Est-ce que tout se déclenche après le cap du niveau 20. Allez, tiens bon mon Toki, continue et grimpe au lvl 20. Ding, c'est fait, après 3 assauts aléatoires de niveau 18 qui s'avèrent être 3 fois le Repaire des Diables (re-phase de déception, légèrement saupoudrée de ras-le-bol). Je peux vous dire que je le connais le parcours... Tout çà en 3h environ.

Phase 6 : Addiction ou le syndrome du "Allez, une dernière". Et finalement oui, je continue à jouer. Une fois arrivé au niveau 20, la seule manière de monter jusqu'au niveau 30 (ultime), c'est en améliorant son équipement. Ce qui est une riche idée, en fait. Autrement dit, un joueur ne parviendra pas au niveau 30 sans un minimum de stuff et c'est une bonne chose (adieu les donjons HL avec des personnages stuffés "de la chouette"...). Mais là encore, il faudra de la patience car, Bungie a mis en place un système de récompenses liées à des factions, peu intuitif et très laborieux. Mais le plaisir d'obtenir ses premières pièces d'équipement bleu avec de la Lumière, la sensation de pouvoir être plus costaud si on enchaîne les assauts en difficulté supérieure, les missions spéciales (L'ire de la reine, par exemple), toutes ces options de jeu qui apparaissent au fil des jours sur la carte de destination finissent par emprisonner le joueur...

Voilà, je m'étale beaucoup sur ce jeu mais sans doute parce que sa nature reste un paradoxe dans ma tête. Et ces quelques lignes le montrent bien. Je ne sais pas du tout quelle note je pourrai lui mettre mais je vais patienter un peu, histoire de voir où nous mène Bungie. A suivre!

Bon jeu!

Vous aimerez aussi

The Last of Us homepage
The Last of Us wallpaper